Le pont suspendu de Kadowakizaki et le phare

Vu par ma fille :

Après une grosse trentaine de minutes de marche, on est enfin arrivé au phare Kadowaki d'où le vue sur la mer et les alentours est imprenable.
On a traverser un pont de singe impressionnant (le Kadowaki bridge).

Nous empruntons le même sentier qu'une foule de touristes pour la plupart japonais suit jusqu'au phare de Jogasaki Kaigan.

Un phare moderne, tout en arrondi et carrelages blancs et gris que nous nous empressons, comme tout le monde, d'escalader !

Phare de Jogasaki Kaigan
Phare de Jogasaki Kaigan

Le sommet du phare est aménagé pour permettre la vue à 360°.

La mer est sombre, d'un gris bleuté d'ardoise et clapoteau pied des rochers.

C'est vers le pont suspendu de Kadowakizaki que la foule des touristes nous entraîne maintenant, car c'est l'attraction du lieu !

Accroché à deux falaises sur une longueur de 48 mètres et jeté au-dessus de l'océan à 23 mètres de hauteur au-dessus des flots, dansant vertigineusement sous les pieds des passants et des brises marines...

Jokasaki Kaigan et pont suspendu de Kadowakizaki
Jokasaki Kaigan et pont suspendu de Kadowakizaki

En dépit d'un petit vertige, il faut bien s'engager...

Depuis le pont...
Depuis le pont...
Jokasaki Kaigan et pont suspendu de Kadowakizaki
Jokasaki Kaigan et pont suspendu de Kadowakizaki
Sourire pour la photographe
Jokasaki Kaigan et pont suspendu de Kadowakizaki
Ne pas trop regarder en bas...
Jokasaki Kaigan et pont suspendu de Kadowakizaki
Avoir l'air de rien...
Jokasaki Kaigan et pont suspendu de Kadowakizaki
Et filer sans se retourner !

Nous avons traversé sans encombre et découvrons les aspérités sauvages, la végétion rabougrie, battue et rabattue par les vents. 

De l'autre côté...
De l'autre côté...
Jogasaki Kaigan
Jogasaki Kaigan
Jogasaki Kaigan et le phare, en arrière plan

Le ciel est toujours gris mais le vent marin s'est fait doux.

Nous continuons notre excursion vers le nord (nous avons vu une pancarte indiquant une auberge-restaurant... et nous commençons à avoir faim : l'air du large sans doute !)


Écrire commentaire

Commentaires : 0