Petit aperçu de Ikebukuro 池袋 (0uest)

Il ne fait pas encore nuit lorsque nous reprenons nos esprits. Petite marche apéritive... Sensée nous réveiller.

Tobu Center, le Lumine  et le OIOI City… trois immenses magasins que nous visitons, un peu étourdies quand même, de bas en haut et de droite à gauche. 

OIOI (Ikebukuro Marui)
OIOI (Ikebukuro Marui)
TOBU Center
TOBU Center
printemps 2014
printemps 2014

 

MODE "CHIC" 2014

 

Mode actuelle (printemps 2014 donc) pour japonaises branchées :

 

trench poudré sur jupette ou robe de mousseline et dentelles, et escarpins à semelles compensées et haut perchés portés avec des socquettes... 

 

 

 

Marjolaine découvre à l'étage d'un de ces grands magasins, un rayon "petit bazar" et y trouve son bonheur. 

 

Mais le bruit, les couleurs, et le "jet-lag" aidant nous fatiguons vite.

Lorsque nous ressortons, la nuit est tombée.

Il n'y a plus qu'à retrouver le restaurant de "ramen" que nous avions repéré dans une ruelle.

Rien de tels les ramens après un voyage en avion ! C'est reconstituant et réhydratant... et pas cher bien sûr (entre 480 et 880 ¥ ici, soit +/- 3,50 et 6,50 € !)

 

Extérieur et intérieur bois, personnel efficace et sympathique !

ramen Ikebulkuro ouest
Ramen !
ramen Ikebukuro
Mon bol de ramen ! (780 ¥)

Et une nouveauté pour moi : une machine encaisseuse à l'entrée !

 

En fait c'est simple, vous choisissez votre plat (représenté sur les touches de l'appareil), vous payez : la machine rend la monnaie et elle vous imprime un ticket (un par plat choisi) que vous n'aurez plus qu'à présenter aux serveurs/serveuses qui envoient ainsi votre commande en cuisine.

Le repas peut être servi au comptoir.


C'est rapide, efficace !

La caisse "distributeur" de "tickets repas"
La caisse "distributeur" de "tickets repas"

Moi qui suis inquiète et troublée chaque fois que je dois toucher à un distributeur, le Japon va m'aider à vaincre ce handicap ! (peut-être ?)


Mais pour l'heure, nous trinquons à notre voyage qui s'annonce placé sous de très bons auspices !

Le regard du renard qui tue :)
Le regard du renard qui tue :)

Ventre plein et tête dans les nuages, nous n'avons plus qu'une hâte : retrouver notre futon et lâcher prise.

 

Ce sont les corbeaux qui nous ont réveillées.

Et ce craquement grincé si caractéristique nous rappelle vite que nous sommes bien au Japon.


Écrire commentaire

Commentaires : 0